Conakry, le 5 avril 2024 – Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, a prĂ©sidĂ© la cĂ©rĂ©monie de clĂŽture des travaux de la revue globale des portefeuilles actifs des projets et programmes d’investissement public.

Les Ă©changes menĂ©s au cours de ces trois jours, ont permis de ressortir le dĂ©ficit en matiĂšre d’appropriation des projets, les retards accusĂ©s au dĂ©marrage et pendant la mise en Ɠuvre des projets, ainsi que la suspension dĂ©s dĂ©caissements en faveur de certains projets et programmes.

Le ministre de l’économie et des finances, a dans son discours soulignĂ©, que durant la revue, plusieurs thĂ©matiques ont Ă©tĂ© abordĂ©es Ă  savoir : (i) la restitution des rĂ©sultats de travaux issus de l’évaluation des contrats de performance au compte de l’exercice 2023; (ii) la situation dĂ©taillĂ©e des portefeuilles actifs des projets d’investissements public ; (iii) les difficultĂ©s d’ordre transversal qui affectent la performance des portefeuilles ; (iv) le rĂŽle prĂ©pondĂ©rant des ministĂšres sectoriels dans la mise en Ɠuvre des projets et programmes ; et (v) les plans d’AmĂ©lioration de la Performance des Portefeuilles Pays (PAPP).

« L’exercice a Ă©tĂ© bien fait. Le diagnostic est pertinent. Lorsqu’on a un malade, on le diagnostique. AprĂšs dĂ©livrance de l’Ă©tat de sa santĂ©, qu’est-ce qu’il faut faire ensuite ? Il faut lui donner la mĂ©dication nĂ©cessaire pour le guĂ©rir », a introduit le Chef du Gouvernement.

Il a ajoutĂ© que c’est la GuinĂ©e qui est dĂ©peinte ainsi et qu’il faut tout faire pour la guĂ©rir dans ce contexte actuel. D’oĂč la nĂ©cessitĂ© de la mise en place d’une Ă©quipe Ă  la Primature qui se chargera du suivi de toutes les unitĂ©s de gestion des projets et programmes financĂ©s par les partenaires au dĂ©veloppement, de mĂȘme pour les projets financĂ©s par le Budget National de DĂ©veloppement (BND), avec des objectifs prĂ©cis.

Le Premier ministre a Ă©galement indiquĂ© que le diagnostic qui est fait est une phase du travail qui permettra d’avoir un tableau de masse susceptible Ă  chaque point de savoir oĂč nous en sommes afin d’anticiper.

« À notre niveau, nous allons le faire. En plus des contrats de performance que les coordinateurs de projets ont signĂ©s, nous allons marquer chaque action pas Ă  pas, et Ă  chaque dĂ©faillance, nous aurons la possibilitĂ© d’ĂȘtre alertĂ©s pour corriger, rectifier et ajuster pendant qu’il est temps ».